Créer un site internet

Le Mystère des Dessins dans les Champs de Culture. Agroglyphe, Crop circle, Cercle de culture, ou Cercle de récolte

Un agroglyphe (néologisme traduit de l'anglais crop circle, aussi traduit par cercle de culture ou cercle de récolte) est un motif réalisé dans un champ de blé ou d'autres céréales par flexion des épis, afin de représenter diverses formes géométriques. Ces formes peuvent aller du simple cercle de quelques mètres de diamètre à la composition de plusieurs centaines de mètres, impliquant de nombreuses sections. La méthode de réalisation utilise un ou des plans sur papier, et divers moyens de report sur le terrain : cordes, pieux, décamètres, ainsi que des planches ou des rouleaux pour coucher les tiges.

Du point de vue de la démarche, il s'agit d'une production comparable aux graffitis muraux. L'origine humaine de ces figures est contestée par la contre-culture du complot de certains courants ufologiques et New Age, qui donnent à ces figures des explications faisant intervenir des ovnis, ou encore des «manifestions d'énergie».

Origine du phénomène des agroglyphes

Cette gazette anglaise du XVII ème siècle serait la plus ancienne représentation d'un agroglyphe. Elle contiendrait un témoignage du 22 août 1678 décrivant le travail du diable qui « a dédaigné de faucher l'avoine comme on le fait d'habitude, et l'a coupée en cercles ronds, et placé chaque fétu de paille avec une telle exactitude qu'il aurait fallu plus d'un Âge à n'importe quel vitille pour exécuter qu'il a fait cette nuit-là ».

Les premiers agroglyphes sont apparus dans le sud de l'Angleterre (Hampshire, Wiltshire et contrées avoisinantes) au milieu des années 1970. Au fil du temps, en même temps que le nombre des crop circles croissait, les motifs sont devenus de plus en plus complexes (les premiers agroglyphes étant de simples disques, tandis que certains de ceux apparus dans les années 1990 et 2000 à Auxerre près de l'autoroute A6, furent très élaborés : messages verbaux, signes iconiques, dessins d'objets manufacturés). Évolution aussi de la distribution géographique, le phénomène sortant de son aire d'origine. Toutes ces transformations suggèrent clairement que le rôle des articles de journaux et reportages télévisuels sur le sujet, qui se sont multipliés vers la fin des années 1980, a été important dans la création même du phénomène.

Les premiers agroglyphes connus ont été créés par deux fermiers du Wiltshire (Angleterre) : Doug Bower et Dave Chorley. Dans la région d'Avebury, district de Marlborough, on peut entendre deux sons de cloche concernant ces personnages : certains pensent que ces deux fermiers sortaient la nuit, munis de cordes et de planches, pour tracer ces étranges cercles dans les champs de blé, de lin ou de colza. Une autre frange de la population aime à prétendre que Doug et Dave étaient seulement deux illuminés portés sur la boisson, revendiquant ces phénomènes comme leurs sans pouvoir le prouver — elle aime ainsi à prétendre que « le mystère reste entier ». L'un des principaux problèmes étant que leur méthode ne leur aurait pas permis de coucher les plantes les plus fragiles sans les briser. Or, l'une des caractéristiques des agroglyphes est justement qu'aucune tige n'est brisée.

Certains fermiers « victimes » d'un agroglyphe, ont crié et crient encore au vandalisme, allant parfois jusqu'à saccager eux-mêmes leurs récoltes pour empêcher les touristes de mettre les pieds dans leurs champs. D'autres en revanche ont décidé de faire payer l'accès à leurs sites, et les visiteurs se fendent volontiers d'une livre ou deux.

Il existe plusieurs groupes artistiques créant des agroglyphes et donnant des preuves qu'ils en sont bien les auteurs ainsi que des explications sur la manière dont ils sont créés.

Par ailleurs, des médias, à grand renfort de publicité, ont fait réaliser à leur compte maints agroglyphes ou autres motifs :

  • le quotidien The Sun commanda un agroglyphe circulaire géant faisant la publicité des Jeux Olympiques de Londres 2012 décoré des cinq anneaux entrelacés traditionnels, le piquant de cette pub ayant été de l'avoir réalisée sur le sol français, en plein jour, par une équipe de six « faiseurs de cercles » britanniques. Durée de la réalisation : sept heures suivi de leur retour à Londres avant le coucher du soleil ;
  • la chaîne de télévision britannique Sky One fit réaliser un sudoku géant dans une pâture, avec des tarpaulins blancs et des feuilles de plastique (donc pas un véritable agroglyphe). Sky One a proposé au public de résoudre le jeu et le gagnant a reçu de la chaîne une récompense de 5 000 livres (9 000 €) ;
  • etc.

Il existerait également des indices d'agroglyphes antérieurs à 1978. Dès les années 1960, des agroglyphes seraient également apparus en Australie. Au Canada, un fermier de Duhamel, Alberta, a trouvé des cercles de récolte le 5 août 1967 ; pendant les semaines précédentes, plusieurs personnes avaient déclaré qu'ils avaient vu des ovnis. Au ministère de la Défense nationale, ce dossier reste « non résolu ».On retrouverait aussi des témoignages de formes étranges dans les champs en Hollande ou en Angleterre dès le XVIIe siècle, telle la représentation d'un « diable faucheur » dans une gazette anglaise de l'époque (source précise). Cet unique témoignage n'est toutefois pas aussi probant qu'il peut sembler au premier abord : le terme « faucheur » semble bien montrer que le blé a été « coupé », et non « couché » (on serait donc en présence d'un simple vol, et non d'un agroglyphe, qu'il soit artistique ou occulte).

On note l'existence d'un site spécialisé dans la création d'agroglyphes, avec un manuel en ligne : circlemakers. Le site du Committee for Skeptical Inquiry (CSI) met également en ligne des articles consacrés au agropglyphes.

Hypothèses alternatives

Certaines personnes estiment que les agroglyphes, ou du moins certains ne peuvent pas être des fabrications humaines. Ainsi, les motifs les plus complexes ne pourraient pas, de leur point de vue, avoir été réalisés de façon secrète et dans la durée d'une seule nuit par un simple groupe de plaisantins, même organisés ; de plus, certains débris causés par des radiations seraient selon elles très difficiles à reproduire. Elles tentent aussi d'argumenter en faveur de l'ancienneté des agroglyphes. De plus, sur certains agroglyphes, comme le souligne Nancy Talbott, les plantes subiraient des modifications étranges : des graines n'ayant pas germé pousseraient cinq fois plus vite, d'autres plantes seraient stérilisées.

Plusieurs théories pour expliquer l'origine non humaine (naturelle, surnaturelle, extraterrestre) de ces agroglyphes ont été avancées depuis les années 1960. Au début du phénomène, deux hypothèses s'affrontaient : l’« hypothèse naturelle » et l’« hypothèse d'une cause ufologique ». De nombreux groupes marginaux proposent leur propre explication du phénomène, en accord avec leurs croyances, la plupart sans une réelle méthodologie ou rigueur d'analyse (voir liens externes). En effet, seule une approche scientifique rigoureuse (à l'instar d'une enquête policière sur la scène d'un crime), portant non seulement sur le relevé des indices physico-chimiques sur le terrain et particulièrement sur les indices communs à un grand nombre d'agroglyphes, mais aussi sur l'inventaire géographique, et dans le temps, des phénomènes recensés. Seule une telle méthodologie pourrait permettre de trancher en faveur d'une des quatre hypothèses émises à ce jour (humaine, naturelle, surnaturelle, extraterrestre). Le placement de caméras de surveillance dans les zones les plus concernées par ces phénomènes (tel le Wiltshire en Angleterre) devrait également permettre d'avancer dans cette investigation. Toujours est-il que la quasi-totalité de ces agroglyphes sont en quelque sorte des schémas faisant référence au domaine de l'électricité, de la mécanique ou bien de la physique/chimie; ou bien encore des trois combinés. Ils représentent des phénomènes connus ou bien partiellement connus, comme par exemple la production d'énergie lors de la dissolution d'une particule d'eau en deux atomes d'hydrogène et un d'oxygène, la production de micro-ondes ou bien encore l'influence du magnétisme dans divers domaines technologiques. De nombreux agroglyphes y font référence.

Il existe encore une théorie selon laquelle certains agroglyphes auraient une origine humaine par le biais d'expériences militaires sur des technologies à base d'émission de micro-ondes. La source de ces technologies pourrait à son tour être d'origine aliénogène ou humaine, dans ce dernier cas fruit de recherches qui seraient menées secrètement par des organismes gouvernementaux.

Phénomène naturel

Plusieurs théories ont été émises attribuant aux agroglyphes une origine naturelle (tourbillons de vent, « éclairs en boule », vortex de plasma, etc.). On pense entre autres à des champs magnétiques. Cette hypothèse a été avancée pour plusieurs raisons : des personnes peuvent se sentir mal sur un crop circle, avoir des maux de tête ou des nausées. De plus, certains appareils électroniques sont défaillants. Enfin, on mesure aussi sur certains crop circles des champs magnétiques plus élevés que la normale. Cependant cette hypothèse — outre qu'elle laisse dans l'ombre la nature et le mode d'action des mystérieuses forces à l'œuvre — perd toute vraisemblance au regard de la perfection et de la complexité des formes géométriques produites par le phénomène , lequel se caractérise tant par des formes circulaires ou elliptiques, généralement multiples et symétriques, que par des motifs radiaux ou angulaires, parfois symétriques, parfois asymétriques.

Finalement une découverte via des tests avec du sable fin et des vibrations sonores pourrait être l'avancement de cette compréhension des agroglyphes. Cela supposerait que la terre alors serait en communication par des vibrations sonores venues d'ailleurs dans l'espace en y formant des symboles pour messages. Certains agroglyphes relatent du calendrier issu des Mayas.

Origine extraterrestre

Parmi les groupes les plus assidus à l'étude de ces phénomènes, le BLT Research Team, Inc., du nom de ses trois initiateurs, John Burke (homme d'affaire new yorkais), Wm.C. Levengood (biophysicien du Michigan) et Nancy Talbott (productrice de musique collaborant par ailleurs à l'université du Maryland et au Harvard College). Les chercheurs de ce groupe auraient découvert des isotopes radioactifs rares dans les agroglyphes, ils auraient aussi trouvé des modifications structurelles profondes dans les nœuds des plantes tressées (et non simplement couchées) et ont fait germer des graines extraites de celles-ci. Il faut ajouter que la complexité des motifs est en constante évolution. On peut également établir un rapprochement avec les œuvres retrouvées en Amérique du sud sur les terres des civilisations précolombiennes. Ces œuvres, représentant des formes géométriques pour certaines, des animaux pour d'autres (un rapace pour l'une d'entre elles), sont constituées uniquement de traçages au sol, dans la terre grâce notamment à la disposition de pierres, et sont établies sur de très grandes superficies. On pense aujourd'hui que les civilisations de l'époque auraient eu beaucoup de difficultés à les constituer du fait de leur taille, puisqu'elles ne peuvent être vues que du ciel. Certaines personnes émettent l'hypothèse de pistes d'atterrissage en vue d'arrivées extraterrestres. Cela reste du domaine de l'hypothèse. Ces dessins ont survécu au temps et sont toujours visibles aujourd'hui. Certaines personnes interprètent les agroglyphes d'origine inconnue (naturelle, extraterrestre etc...) comme une mandala qui montre un mouvement d'énergie.

Boules de lumière

W. C. Levengood et N. P. Talbott défendent l'hypothèse selon laquelle les agroglyphes sont réalisés par des « boules de lumière » (en anglais Balls of light), qui sont à mettre en relation également avec les phénomènes de Foo fighters. Selon eux, de telles boules de lumières émettraient des micro-ondes qui réaliseraient la forme dans les blés. L'origine de ces boules n'est pas précisément définie.

Dans un article de 1999, Levengood et Talbott prétendent que les blés ont été irradiés. E. H. Haselhoff (2001) propose dans la foulée un modèle physique explicatif.

Joe Nickell, membre du Committee for Skeptical Inquiry, a mis en question la fiabilité de ces résultats : l'analyse n'avait pas été faite en double-aveugle et il semblerait que les laboratoires ne puissent pas distinguer les épis de blé qui proviennent des agroglyphes de ceux qui n'en proviennent pas, si on ne leur donne pas l'information avant toute analyse. De plus, le modèle de Haselhoff (2001) n'explique pas comment les micro-ondes coucheraient les épis de blé ni comment ils traceraient la forme de l'agroglyphe dans le champ, mais seulement une possible différence de longueur entre les épis.

Les Changements Physique de la terre sur le lieu du crop circle

Plusieurs recherches ont été élaborées et les chercheurs qui travaillent sur le terrain tentent le plus possible de mesurer les effets des Crop Circle. Ils ont plusieurs particularités et il est facile désormais de faire la différence entre un vrai et un faux "Crop Circle". Voici quelques caractéristiques typiques d’un vrai "Crop Circle" :

 Les branches ne sont pas cassés mais bien pliés, normalement a environ 1 pouce du sol. Les plantes semblent avoir été soumis a une grande chaleur intense et rapide. Des recherches et testes en laboratoire suggèrent que seul des micro-ondes ou des infra-sons peut être la seule méthode capable de produire ce genre d’effet.

 Les "Crop Circle" sont parfois accompagnés de sons aigus.

 La détection d’onde électromagnétique prouve également que ce n’est pas l’œuvre de l’humain. Ce type d’énergie semble se retrouvé dans de nombreux endroit sacré comme des églises. De plus, les "Crop Circle" ainsi que les lieux sacrés semblent être exactement dans la grille d’énergie électromagnétique que produit la Terre.

 Ces sites sont souvent associés par des changements physiques sur les animaux ainsi que les humains. Plusieurs personnes qui sont entrés dans les lieux ont éprouvé des mal de cœur, des étourdissements. Ces effets sont également observés lorsqu’on est exposé longtemps aux micro-ondes.

 Les plantes qui ont été «pliés» continuent ensuite à poussés. Cela ne serait pas possible si les branches étaient cassés.

 En règle général, les "Crop Circle" ne sont pas parfaitement rond en ellipse. Un faux requière un point central pour faire un cercle et cela serait un peu plus complexe de faire une ellipse.

 Les "Crop Circle" ont également des changements environnementaux. Le champ électromagnétique est altéré provoquant des erreurs. Les boussoles ne peuvent trouver le nord, les caméras, cellulaires et batteries fonctionnent mal. Il y a des niveaux impressionnant de radiation (300% au-dessus de la normal) a l’intérieur de ces cercles. Les animaux agissent bizarrement et la plupart du temps évitent le secteur.

 

 

D'autres recherches ont été conduites afin de vérifier si la Terre ne serait pas responsable de ses formations. Selon certaine recherche en biophysique, les plantes qui auraient été affectées ont un code génétique très dégradées à comparer les plantes non affecté dans un même champ.

Il y a eut une autre constations à propos des graines présente dans le sol. Il semblerait que les graines qui se trouvent dans la formation sont mal formés, petites et improductives. Ces deux faits appuieraient la théorie qu’une chaleur intense aurait provoqué ces anomalies.

Il y a les mêmes anomalies lorsque des graines ont été exposé à de grande chaleur micro-onde (test effectué en laboratoire).

Dans un article pour le planétarium Physiologia, les chercheurs Levengood et Talboot suggèrent que l’énergie qui causerait les Crop Circles peut être un «vortex de plasma» qui interagirait avec l’atmosphère émis par les ondes de la terre. Une énergie micro-onde provoquerait des formes aussi élaborer. Cela n'explique pas les sons et la lumière que plusieurs témoins affirment avoir vu ou entendu pendant la formation.

Sur une vidéo étonante nous pouvons voir deux chercheurs de cercles de récolte se faire chasser d'une zone ou plusieurs cercles ont déjà fait leur apparition, par un hélicoptère de l'armée britanique. Ils s'en vont un peu plus loin lorsqu'un deuxième hélicoptère arrive. L'un des appareils guide l'autre par radio, celui-ci observe à distance une petite boule dorée qui vole en basse altitude. On la voit très bien sur le film. Puis soudain elle disparait. L'armée survol systématiquement les cercles afin de prendre des photos.

Faux Crop Circle

Le phénomene des cercles de récolte, qui est peut-être lié aux OVNI, a fait l'objet d'une remarquable campagne de désinformation en 1991. Tandis que le phénomène prenait de l'ampleur, les médias britaniques et internationaux délivrèrent subitement, et de concert, l'information selon laquelle deux retraité britanniques, Doug Bower et Dave Chorley, étaient les auteurs des figures depuis 1976. La nouvelle fut dabord lancée par le journal "Today", le 9 septembre 1991, puis fit le tour du monde des rédactions. Elle se révéla vite mensongère, mais ne fut jamais corrigée par les médias qui l'avaient véhiculée. 90 % des cercles sont dans une petite région d’Angleterre, 10% des cercles dans le monde sont l’œuvre des hommes.

Il existe un documentaire télévisuel sur Doug Bower et Dave Chorley. Nous voyons (merci ARTE) comment les cercles ont été faits par ces deux anglais, armés d'une planche de bois d'un bâton et d'une corde. Ils décident de la forme du "Crop Circle" puis se présentent la nuit dans un champ pour commencer le dessin. Puis, ils plantent un bout de bois dans la terre et à l'aide d'une corde, forment un cercle. Il ne reste plus qu'à prendre une planche de bois relié à deux cordes pour aplanir les épis de maïs. La démonstration fut convaincante pour la plupart des gens.

Mais depuis Doug Bower et Dave Chorley ont changé leurs déclarations plusieurs fois, se contredisant souvent. Ils ne pouvaient pas non plus expliquer les phénomènes étranges que les "Crop Circles" produisent. A la fin, aucun des deux ne semblaient d'accord sur les figures qu'ils avaient réalisé. Selon leurs dires, ils ont fabriqué et inventé le phénomène des "Crop Circle" depuis 1972, ce qui correspond à la date du premier "Crop Circle" déclaré officiellement. Cependant, des scientifiques ont découvert que ces phénomènes ont été répertoriés pour la première fois dans la région en 1890! (Cette information à été oubliée dans le fameux reportage).

En 1998, ils ont déclarés à un journal, qu'ils étaient guidés par une force inconnue. Et ce n'est pas tout, pendant qu'il affirmaient avoir réalisé un cercle la nuit en indiquant la nature du cercle et la date, ce n'est pas moins de quinze cercles qui apparurent aux quatre coins de la planète le même jour. Plus tard, après une enquête journalistique, on découvrit que Doug et Dave étaient deux retraités de l'armée britannique, donc toujours plus ou moins en service. Un très bon "débunking", mais plus de nouvelles de Doug et Dave...
Jacques Vallée, célèbre ufologue et écrivain écrit à propos de cette affaire :
"Ce qui est suspect dans la confession des deux retraités est qu'elle est apparue simultanément le même jour à la une des journaux internationnaux et sur CNN. N'importe quel auteur publié habitué aux difficultés d'attirer l'attention des médias sait qu'il est nécessaire d'avoir une société de relations publiques puissante pour obtenir la publication d'une histoire à la une du Wall Street Journal, du New York Times, du Figaro et de nombreux autres journaux le même jour. Comment les deux retraités ont-ils obtenu l'espèce de piston qui a permis à leurs allégations de faire le tour de la planète ? Le résultat fut immédiat : la presse et, ce qui est plus important, la majorité des scientifiques perdirent tout intérêt pour le sujet pendant dix ans." (Source : Jacques vallée - Crop Circle : "Signs" From above or Human Artifact or personal Speculations on a Fractual Theme).

En 1994 le biophysicien WC Lewengood démontre le phénomène du gonflement de nœuds par chaleur intense, courte et localisée. L’auteur en faisant des prélèvements réguliers sur trois axes dans un cercle du 7 juin 1999 dans le nord Brabant a mis en évidence un allongement des nœuds proportionnel à la distance au centre du cercle et de 200 % au centre. L’auteur démystifie les fausses boules de plasma trouvées sur des photos, elles sont dues à des particules d’eau, de poussière, de fumée ou de neige, flottant près de l’objectif. M Dudley et M Chorost ont découvert dans le sol d’un glyphe de 13 radionucléïdes à vie courte dont le 119Te, le 203Pb et le 102Rh. Jusqu’ici les agroglyphes ont été beaucoup abordés sous l’angle ésotérique et paranormal de messages du cosmos.

L’hypothèse la plus facile est celle d’une source électromagnétique, présente dans les boules lumineuses vues au dessus de cercles en formation, combinaison de rayons IR, de radiations ionisantes courtes, chauffant les tiges, allongeant les nœuds et modifiant la structure moléculaire des grains dans les épis.

 

                           Photos de Crop Circle, Agroglyphes, Cercles de récolte, Cercles de culture (Suite)

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site