Créer un site internet

Les Ovnis en Afrique

Afrique du Sud

D'étranges objets sphériques sont retrouvés dans des fouilles au Transvaal, datant de plus de 2.8 millions d'années.

Au cours des dernières décennies, les mineurs sud-africains ont trouvé des centaines de sphères métalliques, dont au moins une a trois cannelures parallèles autour de son équateur. Les sphères sont de deux types - "l'un de métal bleuâtre plein avec des taches blanches, et un autre qui est une boule creuse remplie d'un centre spongieux blanc." Roelf Marx, conservateur du musée de Klerksdorp, Afrique du Sud, où une partie des sphères est logée, a indiqué:

"Les sphères sont un mystère complet. Elles semblent synthétiques, pourtant à ce moment dans l'histoire de la planète, lorsqu'elles sont apparues et on été déposées dans cette roche aucune vie intelligente n'existait. Les globes sont trouvés dans le pyrophyllite, qui est extrait près de la petite ville d'Ottosdal au Transvaal occidental. Ce pyrophyllite est un minerai secondaire tout à fait mou avec un compte de seulement 3 sur l'échelle de Mohs et a été constitué par sédimentation il y a environ 2,8 milliards d'années. D' autre part les globes sont très durs et ne peuvent pas être rayés, même par l'acier."

Cette sphère avec les trois cannelures parallèles autour d'elle est trop parfaite pour être quelque chose de naturel. Le dépôt de minérai précambrien où ces globes sont trouvés est daté d'au moins 2,8 milliards d'années. A cette époque les cellules microscopiques simples étaient tout ce qui était vivant sur la Terre. Mais ce n'était de toute évidence pas complètement vrai. Qui ont créé ou déposé derrière eux ces sphères magnifiques?

Mali

Les Dogons du Mali ont des connaissances astronomiques détaillés notamment sur le système de trois étoiles de Sirius qui ont étonné les anthropologues. Selon les Dogons, ces connaissances anciennes proviennent de sources non terrestres.

http://www.les-ovnis.com/rubrique,les-dogons-du-mali,281617.html

 

Tessalit, 1951

Tessalit est une oasis située sur les limites sud-orientales de l'Erg Azour, au Nord-Ouest de l'Adrar des Ifhogas, c'est-à-dire à 400 kilomètres environ au sud du tropique du Cancer, alors en Afrique Oriental Française et actuellement au Nord du Mali, juste sous la frontière extrême sud de l'Algérie. Il y avait là un camp d'aviation et un poste météo. Dans la nuit du 3 au 4 octobre 1951 deux officiers de l'aviation militaire et quelques hommes dormaient dehors, à l'extérieur du bord sous le ciel cristallin et immobile du désert.

Un des officiers a rapporté

"Je me réveille à 2 heures du matin, et n'arrive pas à me rendormir. La nuit est noire, les étoiles très lumineuses, l'air calme."
"Soudain, venant de l'est et approchant rapidement plein ouest ou à peu près, j'aperçois une lumière. Elle descend. Peut-être est-ce lé le feu avant d'un avion qui veut atterrir? J'éveille donc l'équipage qui dormait à côté. Mais on n'entend aucun bruit. Ce n'est pas un avion."
"Après quelques secondes, les formes de l'objet apparaissent nettement: c'est un engin à peu près circulaire, ayant le diamètre apparent d'un cercle de 10 centimètres, couleur jaune sombre, presque orangée. Il continue d'approcher en descendant lentement, à la vitesse d'approche d'un avion type DC3 de nuit."
"Arrivé à la verticale du bordj-village de Tessalit, à 6 kilomètres environ dans le sud-est de l'endroit où nous étions, l'objet effectue un virage de plus de 90 degrés vers la gauche, passant par conséquent à peu près au cap 170/180 degrés. Il accélère, sa vitesse devient étonnante, il monte très rapidement tandis que l'on voit décroître son diamètre apparent, et disparaît."
"Le poste météo de Tessalit n'utilisait pas de radio-sonde à l'époque: la confusion avec un ballon ne paraît donc pas possible. D'ailleurs, la vitesse d'éloignement de l'objet exclut toute possibilité de ce genre."

Dans son enquête des Forces Aériennes Françaises, parue dans la revue de l'Armée de l'Air, le capitaine Clérouin classe l'observation de Tessalit parmi les phénomènes "non expliqués".

Congo Belge, 1952

rapport de la CIA.

PUBLIE Vienne
DATE DE PUBLICATION 29 Mar 1952
LANGAGE Allemand

CETTE INFORMATION N'A PAS ETE EVALUEE

SOURCE La Presse

SOUCOUPES VOLANTES AU-DESSUS DE MINES D'URANIUM AU CONGO BELGE

 

Récemment, deux disques ardants furent observés au dessus de la mine d'uranium située au sud du Congo Belge, dans le district de Elisabethville. Les disques glissaient dans des courbes élégantes et ont changés de positions à de nombreuses reprises, c'est pourquoi ils sont apparus comme plats, ovales, ou simplement comme des lignes pour les observateurs. Soudainement, les deux disques firent du sur-place en une position fixe, puis partirent en zig-zag vers le nord-est. Un sifflement pénétrant et un bourdonnement furent audibles par les témoins. L'observation complète dura 10 à 12 minutes.

Le commandant Pierre du petit terrain d'aviation d'Elizabethville parti immédiatement avec son avion de chasse. A son premier passage il s'approcha à 120 métres d'un des deux disques. D'après ses estimations, la "soucoupe" avait un diamétre de 12 a 15 métres et avait la forme d'un disque. La partie centrale interne semblait absolument stable, une protubérance sortait du centre et plusieurs petites ouvertures furent nettement observées. L'anneau extérieure était complètement voilé par un feu et devait avoir une vitesse de rotation énorme. La couleur du métal était similaire a celle de l'alumimium.

Les disques se déplaçaient de manière precise, aussi bien verticalement qu'horizontalement. Des changements d'altitudes, de 800 a 1000 pieds, pouvait être fait en quelques secondes. Les disques sont souvent descendus a une hauteur de 20 métres au dessus de la cime des arbres. Pierre ne pense pas que le disque puisse être occupé, car, d'après lui, sa vitesse irrégulière et sa chaleur interdiraient a quelqu'un de se tenir dans la partie centrale. Pierre poursuivit ces disques pendant 15 minutes quand il entendit un sifflement, malgré le bruit de son avion. Les disques disparurent en direction du lac Tanganyika. Il estima leur vitesse à 1500 kilomètres/heures.

Pierre est un officier digne de confiance et un aviateur zélé. Il a donné un rapport détaillé a ces supérieurs, qui, étrangement, ont été d'accord de bien des manières avec plusieurs des résultats de recherches.

En mer au large de Port-Gentil, 1 juin 1952

Un commandant de navire et son équipage ont vu un engin mystérieux dans le ciel d'Afrique noire

Dakar. -- Un engin mystérieux a été aperçu dans le ciel d'Afrique noire, au-dessus de Port-Gentil, le 1er juin dernier, par un commandant de navire de commerce et plusieurs membres de son équipage.

Le commandant, qui est arrivé hier à Dakar a précisé que l'objet en question a été aperçu à 2 heures du matin et qu'il a décrit une double boucle avant de piquer vers le large à grande vitesse.

Toujours selon le commandant du bateau, il s'agissait d'une grande lueur orangée extrêmement lumineuse et phosphorescente, se déplaçant avec une rapidité vertigineuse, suivant une trajectoire sensiblement rectiligne. La lueur a été suivie à la jumelle pendant trois minutes. L'engin ne faisait aucun bruit, il devait se trouver à trois ou quatre kilomètres de hauteur et son diamètre visible était celui d'une planète.

Le second du navire a quant à lui vu l'objet alors qu'il venait de l'intérieur des terres au-dessus de Port-Gentil. Il put constater qu'il s'arrêtait, puis qu'il virait sur sa droite en reprenant sa route initiale, et ceci à deux reprises.

Le commandant croit qu'il ne s'agissait ni d'un phénomène céleste connu, ni d'un engin volant du type courant, et il a ajouté qu'il avait obtenu confirmation qu'au cours de la même nuit, le 1er juin, aucun avion n'avait été signalé au-dessus de Port-Gentil.

Nanyika, Kenya, 2 décembre 1950:

Le Projet Blue Book mentionne le cas étudié N. 845 dans sa liste des "cas inexpliqués".

 

Durban, Afrique du Sud, 26 février 1951

 

Le Projet Blue Book mentionne le cas étudié N. 896 dans sa liste des "cas inexpliqués".

Kilimanjaro, 19 février 1951

Une observation depuis un avion en 1951 au Kilimandjaro.

 

Bocaranga, Ubangi Shari, Equateur, 22 novembre 1952

Un membre du clergé rapporte son observation d'un OVNI alors qu'il roulait en compagnie d'autres personnes. Un disque, puis quatre disques lumineux sont observés. Les OVNIS effectuent des manoeuvres de retournement, montent, descendent, changeant de couleur lors des virages, ils se rassemblent en une formation, en ligne, restent immobiles, puis repartent vers l'Est, la direction d'où ils étaient venus. L'observation dure 20 minutes. Un témoin indépendant fait un récit en tout point concordant.

Un an plus tard, la CIA apprend les faits et trouve encore l'affaire suffisamment intéressante pour figurer dans ses dossiers: début d'un rapport déclassifié de la CIA. Enquête des services de Météorologie Française.

Johannesburg, Afrique du Sud, 10 juillet 1953

On rapporte qu'un OVNI se serait écrasé et que 5 corps non humain auraient été récupérés.

A traiter avec grande prudence, le mieux étant de considérer ceci comme non valide tant que je n'en ai pas appris plus. Il y a au moins deux autres prétendus "crash" Africains dans les années suivantes, l'un au moins est une fable.

16 août 1954, Madagascar

Un objet volant, une sorte de lumière verte lenticulaire de 40 mètre de long, suivie à quelques mètres par un engin de 40 mètres, d'aspect métallique et en forme de ballon de rugby, survole la ville de Tananarive devant des dizaines de milliers d'habitants médusés. Les lumières de la ville s'éteignent sur son passage, les animaux paniquent.

http://www.les-ovnis.com/rubrique,1954-l-ovni-de-tananarive,302864.html

 

Souk-el-Khemis, Tunisie, 3 septembre 1954

De nombreux ouvriers dans les champs à 12 kilomètres au Sud de la ville ont vu un objet apparemment fait de plastique transparent voler au-dessus des maisons, s'arrêter sur leur bord, et osciller comme un pendule quelques mètres au-dessus du sol. Il a fait plusieurs sauts erratiques, a puis repris sa position horizontale et a volé loin.

Voir Jacques Vallée, "Magonia" liste d'atterrissages d'OVNIS, N. 141.

Ouganda, 13 septembre 1954

Un fonctionnaire civil rapporte son observation d'un OVNI doré en forme de cloche une nuit dans le secteur de Kampala en Ouganda. Dans la même période on a rapporté d'autres observations dans l'Est de l'Afrique. 

Extrait d'un rapport déclassifié de la CIA. Article de journal dans le journal français "Le Parisien Libéré".

Lavarande, Algérie, 11 octobre 1954

Un grand disque volant très bas au-dessus d'une route a effrayé deux conducteurs de camion, Gaston Breau et Amoura, qui ont arrêté leur camion d'essence et ont fuit dans les champs tandis que l'objet continuait à voler vers Medea dans le silence.

The Jacques Vallée "Magonia" OVNI landings database 237.

Forêt de Mamora, Maroc, 12 octobre 1954

Un ingénieur français conduisant vers Port Lyautey a vu un nain d'environ 1,2 m de hauteur entrer dans un engin qui a bientôt décollé. Le petit homme portait une combinaison argentée.

Voir Jacques Vallée, "Magonia" liste d'atterrissages d'OVNIS, N. 241.

 

Sahara, Maroc, 15 septembre 1954

Le samedi, 15 Septembre à environ 19:00, M. Guitta conduisait le long d'une route droite déserte entre Bouznika et le pont de Wadi Mafifik. Soudain, il a vu dans son miroir arrière quelque chose de gris, plongeant vers lui. Il a saisi le volant direction et s'est instinctivement baissé, et quelques secondes plus tard, la chose grise l'a dépassé du côté gauche au niveau du sol et à très grande vitesse terrible.

Le dépassement de l'objet a été suivi d'une rafale violente d'air froid, qui, en dépit de l'effort de M. Guitta de garder sa route, a causé une forte aspiration et a tiré la voiture vers la gauche. Les freins grinçaient alors que la Renault passait à travers la ligne centrale. La Renault est venu s'arrêter sur l'accotement ensablé de la route.

Guitta a trébuché hors de la porte latérale du conducteur, étonnée trouver toujours un froid étrange dans le ciel. Il a du se munir d'un cric pour réparer ses pneus à plat.

Voir "The book Flying Saucers and the Straight-Line Mystery" par Aime Michel, S.G. Phillips Inc., New York, N.Y. 1958, pages 60 et 61.

Danane, Côte d'Ivoire, 15 septembre 1954

Quinze minutes après l'observation de M. Guitta décrite ci-dessus, et 3.200 kilomètres au sud, un groupe de colons rassemblé pour un cocktail dans la cour d'une résidence à Danane. Parmi les invités, le chef de police de Danane et son épouse, Le Dr. Roux de la station médicale locale, et le père Meybard de la mission de Lyin. Quelques 100 mètres plus loin, le Dr. Mariani, chef de la section 13 de l'hôpital, M. Sory Diallo, un auxiliaire de la police, et une Mlle Bois.

Un objet rouge lumineux, circulaire ou elliptique, selon différents témoins, a été aperçu dans le ciel au-dessus de Danane à 20:30. L'objet est demeuré immobile jusque à 21:05, sa silhouette brillant dehors contre le ciel noir mais dégagé. Il a alors disparu au-dessus de l'horizon à grande vitesse. Les témoins n'ont pas pu estimer son altitude, mais elle semble avoir été basse, puisque les mouvements de l'objet de quelques cent mètres seulement ont changé la silhouette circulaire en ellipse.

Voir "The book Flying Saucers and the Straight-Line Mystery" par Aime Michel, S.G. Phillips Inc., New York, N.Y. 1958, pages 60 et 61.

Soubre, Côte d'Ivoire, 15 Septembre 1954

Un peu après l'observation ci-dessus, une observation identique a été fait à partir de Soubre, à 250 kilomètres au Nord-Ouest d'Abidjan, où un objet est arrivé à grande vitesse au-dessus de l'horizon, s'est tenu toujours pendant plusieurs minutes au-dessus de la ville, et alors disparu au zénith, diminuant vite en taille et brillance dans un ciel sans nuages. Ici, aussi, les témoins étaient nombreux et de position élevée, comprenant l'administrateur principal de Soubre.

L'OVNI vu au-dessus de Danane et de Soubre était-il le même disque qui avait survolé la voiture de M. Guitta au Maroc? S'il l'était, et s' il voyageait du Maroc vers la Côte d'Ivoire en seulement quinze minutes, alors la vitesse de vol de la soucoupe doit avoir été de 12,800 kilomètres par heure.

Voir "The book Flying Saucers and the Straight-Line Mystery" par Aime Michel, S.G. Phillips Inc., New York, N.Y. 1958, pages 60 et 61.

 

Bou Hanifia, Algérie, 26 octobre 1954

L'astronome d'amateur Yves Vernet a installé son télescope prismatique dans sa vigne près de Bou Hanifia.

"Mon télescope prismatique étant réglé sur un agrandissement de 20x, j'ai observé le ciel à altitude élevée. J'ai été stupéfié de voir un objet fortement brillant voler au-dessus de la couche des nuages à grande vitesse. Cinq minutes plus tard, j'ai vu un autre objet passer. Depuis le 26 Octobre, quand la première observation s'est produite, chaque jour entre 1 et 14 heures, je n'ai pas cessé de voir de soucoupes volantes passer toutes les cinq à dix minutes. Ils sont plus visible à midi qu'au matin ou en soirée. Leur fréquence dans un champ visuel aussi réduit est grande. Leur performances sont loin au-dessus de celle de nos meilleurs avions terrestres, et leur nombre semble plus grand que la plus grande concentration aérienne que nous pourrions effectuer."

Voir Flying Saucers Uncensored par Harold T. Wilkins, The Citadel Press, New York, N.Y. 1955, page 247. OVNI Roundup.

Ain-el-Turck, Algérie, 3 octobre 1954

Un petit homme avec d'étranges yeux brillants a été vu sur le rivage méditerranéen.

The Jacques Vallée "Magonia" OVNI landings database 304, and Quincy.

Oued Beth, Maroc, 3 novembre 1954

Maroc-Presse rapporte qu'un de ses employés, M. E., conducteur d'un camion de livraison, "un homme de bon sens et d'une excellente vision," a observé un vol d'objet au-dessus du fleuve de Beth.

"Je suis certain que ce n'ait pas été un avion ou aucune machine connue mais un engin circulaire et plat qui avait un aspect cuivré. Il a volé normalement pendant un certain temps, puis il s'est soudainement renversé. Par conséquent, j'ai pu voir le disque en entier et ai été stupéfié quand il est descendu dans un champ où il a débarqué très doucement. Presque immédiatement il s'est élevé dans le ciel à grande vitesse, a repris sa position horizontale et je l'ai vite perdu de vue."

The Jacques Vallée "Magonia" OVNI landings database 326.

Province du Cap, Afrique du Sud, 7 décembre 1954

Le Projet Blue Book mentionne le cas étudié N. 3356 dans sa liste des "cas inexpliqués". Je n'ai malheureusement pas plus d'informations pour le moment sur le case lui-même.

Johannesburg, Afrique du Sud, 1957

L'Armée de l'Air et des milliers de gens suivent un cylindre volant au-dessus de la capitale.

Fernando Noronha, 1958 ?

La Marine Brésilienne rapporte un cas d'observation d'OVNI sur l'île de Fernando Noronha, entre le Brézil et l'Afrique dans l'Océan Atlantique près d'une base de guidage de missiles réçamment installée par les USA.

 

The Willows, Afrique du Sud, 21 juin 1959

Une femme observe une soucoupe volante qui plane à 5 mètres du sol. Elle baignait dans une lueur orange, similaire à celle d'un feu qui s'éteint. Elle volait horizontalement et disparut derrière une colline.

Voir Flying Saucer Review, 59, 6.

Baie de Richards, Afrique du Sud, 13 mars 1963

Fred White pêchait quand il a entendu un gémissement aigu venir de l'Est et a vu un objet venir dans sa direction et atterrir à 15 m de distance, dispersant le sable. Cela avait au moins de 30 m de diamètre, en forme de deux plats accolés. Par plusieurs hublots ovales il pouvait voir la lumière à l'intérieur. Un homme de teint pâle portant un casque métallique le regardait. Il a portait une combinaison bleu ciel d'une seule pièce sans boutons attaches visibles et des gants en maille brillante. L'air fut réchauffé quand l'engin décolla environ six minutes plus tard, et des interférences radio furent notées.

Voir Flying Saucer Review, 63, 5.

Vereeniging, Afrique du Sud, 14 décembre 1963

Messieurs Muller et Immelman ont soudainement trouvé la campagne illuminée et ont vu un objet de 15 m de diamètre, avec des lumières oranges et bleues intenses, émettant des étincelles, volant vers leur voiture. Ils se ont arrêté et ont sauté de la voiture pendant que l'objet plongeait cinq ou six fois, et à plané pendant deux minutes à 15 m au-dessus d'eux, faisant un bruit de ronflement, avant de voler au loin.

Voir Flying Saucer Review, 64, 3.

Libreville, Gabon, 25 décembre 1963

Un pêcheur fut témoin de l'atterrissage d'un engin, duquel une créature terrifiante a émergé. Il était de type humanoïde, parlait en utilisant des sons que l'on ne pouvait pas comprendre, laissa des empreintes de pas sur le sable, est retourné vers son engin machine et a décollé.

The Jacques Vallée "Magonia" OVNI landings database 592 (147;LDLN 70).

Silverton, Afrique du Sud, 15 septembre 1965

Deux policiers, John Lockem et Koos de Klerk, étaient en patrouille sur la route de Pretoria-Bronkhorstspruit quand leurs phares ont illuminé un disque 10 m de diamètre de couleur cuivrée, posé sur la route. Dix secondes plus tard il a décollé dans un jet de flammes à grande vitesse. Le goudron sur la route a continué à brûler pendant un certain temps.

The Jacques Vallée "Magonia" OVNI landings database 702 (2400).

Broken Hill, Zambie, novembre 1965

Eric Williams a vu un grand objet de 30 m de diamètre, 15 m de haut, a une distance d'environ 75 m de lui. Il a rapporté voir clairement une rangée de hublots illuminés par une lumière verdâtre.

Voir Flying Saucer Review, 66, 4.

Port Beaufort, Afrique du Sud, 26 juin 1972

L'ouvrier agricole Boer de Klerk abreuvait du bétail dans un pâturage de Braeside, une grande ferme. Soudainement, il a vu un nuage de fumée dans le ciel ensoleillé et sans nuages. La fumée a dérivé vers lui et a éclaté dans un grand fracas. Terrifié, de Klerk a laissé tombé son seau et a couru pour chercher le propriétaire, Bennie Smit. En compagnie d'un groupe de ses ouvriers, Smit s'est rendu sur les lieux et a trouvé un aérolithe orange lumineux volant sans direction précise autour du pâturage. Alors que les hommes montaient par dessus la cloture, l'aérolithe a stoppé, puis s'est éloigné d'eux, et est alors monté vers le haut, hors de vue.

Rosmead, Afrique du Sud, 12 novembre 1972

Alors qu'Harold Truter, le principal de l'école primaire de Rosmead conduisait dans cette petite ville située à environ 200 kilomètres au Nord d e Port Elizabeth, il a repéré une lumière peu commune dans le ciel. Par le pare-brise de la voiture il pourrait voir l'école en avant, avec ses bungalows, et vers la gauche une cour de tennis avec une haute barrière et une rangée de huit arbres. Une lueur clignotante verdâtre-blanche lumineuse étrange planait au-dessus de la cour de tennis.

Quittant l'autoroute, il est descendu par une courte route et s'est engagé dans l'allée. Alors qu'il sortait de sa voiture, il puvait voir "une lumière étrange dans le ciel mais l'a considérée comme étant un phénomène normal bien qu'inhabituel." "la lumière éloignée" était maintenant bien a 180 mètres, planant au-dessus d'une crête qui a dominait un chantier de construction voisin. Il n'y avait aucun bruit de moteur.

Tandis qu'il passait près de la cour de tennis, le nez du principal a détecté un parfum d'huile brûlée. Regardant par dessus la barrière, Truter "a vu que la surface de la cour de tennis avait été soulevée vers le haut et que des restes d'asphalte et de charbon avaient été soulevés vers le haut et dispersés." Les gros morceaux d'asphalte étaient portés vers la surface. Des trous béants environ 12,5 centimètres de profond avaient été formés dans une direction latérale parallèle aux lignes blanches. Il a vu également une flaque de goudron fondu.

Les recherches sur le court de tennis ont indiqué une symétrie des trous, identiques; une partie du goudron du court avait été répandue jusqu'à 183 mètres, sur une butée non loin. Des arbres à côté du court de tennis avaient été gravement brûlés et sont morts environ deux mois plus tard.

Il est intéressant de noter que la police de Rosmead a indiqué à Truter "qu'il y avait eu beaucoup d'autres rapports d'OVNIS reçus dans le même secteur en même temps, y compris des rapports d'observations par des policiers." L'analyse des échantillons prélevés sur l'emplacement n'a indiqué aucune anomalie évidente, bien qu'elles n'aient indiqué aucune solution non plus. Certains pensent que le court de tennis avait été l'emplacement d'atterrissage d'un OVNI, mais cela reste non prouvé.

Voir "World Atlas of OVNIS" par John Spencer, Hamlyn Publishing Group, Londres, 1991, page 149.
Aussi "The OVNI Encyclopedia", compilé et édité par John Spencer, Avon Books, New York, 1993, page 297.

Salisbury, Rhodésie (Zimbabwe), 31 mai 1974

Peter et Frances MacNorman, conduisaient de Salisbury, Rhodésie vers l'Afrique du Sud. A environ 10 kilomètres au Sud d'Umvuma, Peter a pensé qu'il a vu un homme du côté de la route. L'entité a disparu. Puis, "à 2:30 du matin, Frances a vu une lumière au loin au côté gauche", suivant apparemment leur véhicule. Les lumières de leur voiture ont commencé a baisser. Les autres appareillage électrique, tel que la radio, était inchangés; tout autour d'eux il y avait assez de luminosité pour former des ombres. Peter et Frances ont ressenti un froid anormal et enveloppés dans des manteaux et des couvertures tandis qu'ils conduisaient.

Peter conduisait à nouveau rapidement, entre 140-150 km/h, et il enlevé son pied de l'accélérateur. Rien ne s'est produit! La voiture a continué à se déplacer à pleine vitesse, sans phares et complètement hors de contrôle. Il ne pouvait pas s'arrêter, freiner, orienter ou de quelque façon commande la voiture.

Juste au Nord de Port Victoria, Peter a regagné la commande de sa Peugeot 404 et s'est arrêté à une station essence à 4:30 heure du matin. Après avoir fait le plein, ils ont repris leur voyage, se dirigeant pour le pont de Beit au-dessus du fleuve Limpopo.

Lors de cette étape du trajet, le couples a pensé qu'ils pouvaient avoir perdu leur direction en raison du paysage étrange autour d'eux, de bas buissons, de hautes herbes, de marais... encore une fois, ils ont complètement perdu le contrôle de la voiture à une vitesse de l'ordre de 200 kmh. La route du fort Victoria au pont de Beit est pleine de virages, mais cette nuit là elle était absolument droite!

Atteignant la frontière sud-africaine, Peter et Frances ont été stupéfiés d'apprendre qu'il était 8:30 heure du matin. Leurs montres et le tableau de bord de Peugeot synchronisés indiquaient toutes les deux 7:30 heure du matin. Ils avaient éprouvé une heure de "missing time." Le trajet de fort Victoria à la station sud-africaine de la frontière au pont de Beit est de 228 kilomètres. Après un tel trajet, le réservoir de la Peugeot aurait du avoir été presque vide. Peter a été stupéfié de le trouver encore plein. Plus étonnant encore, les pneus: à Salisbury (Harare), Peter avait monté quatre pneus Michelin usés et rechapés sur la voiture, prévoyant d'en acheter quatre nouveaux à un prix d'occasion en Afrique du Sud. Quand il a vérifié les pneus au pont de Beit, les pneux rechapés avaient disparu, remplacé par quatre pneus radiaux Michelin tous neufs. Peter n'a aucun souvenir de s'être d'arrêté et d'avoir changé les pneus le long du trajet.

Plus tard, le couple a subi la régression hypnotique et ont raconté une histoire incroyable d'un étranger "se télétransportant" dans leur Peugeot et s'asseyant à l'arrière, et de l'enlèvement de la voiture qui a lévité vers l'intérieur d'une grande soucoupe gris argent. Sous l'hypnose, Peter a réclamé qu'il "a été porté à une infirmerie à bord de la soucoupe pour un examen médical" et a vu son épouse et plusieurs autres humains, noirs et blancs, qui a semblaient être en transe. Pendant qu'il était mené hors de l'infirmerie, il a vu la Peugeot dans un hangar à bord de la soucoupe, "garée entre deux petits disques argentés. Le capot de la voiture était ouvert, et trois ou quatre êtres à large tête étaient occupés à regler le moteur."

Voir "World Atlas of OVNIS" par John Spencer, Smithmark Publishers Inc., New York, N.Y. 1991, pages 149-150.

Prétoria, Afrique du Sud, 28 août, 1996

Six jours après une vague d'OVNI au dessus de Brasilia, un OVNI solitaire est apparu dans le ciel tôt de matin au-dessus de Pretoria, capitale de l'Afrique du Sud. L'histoire a été publiée le 28 Août dans un rapport de nouvelles par la compagnie de radiodiffusion sud-africaine (SABC-TV) à Johannesburg.

L'OVNI est apparu au-dessus d'Erasmuskloof, une banlieue de Pretoria, à 4 heures du matin le Mercredi, 28 août 1996. Le sergent Johann Becker de police a dit à SABC-TV que la "lumière flottait dans le ciel. Quand nous sommes sortis l'étudier, nous avons réalisé qu'elle était quelque chose d'un autre monde." Il l'a décrite comme "un objet en forme de disque rougeoyant légèrement. Nous avons également noté ce qui a ressemblé une lumière triangulaire rouge sur le disque."

L'observation a eu lieu près du commissariat de police d'Adrian Vlok. Au début, quand les témoins ont réclamé une intervention de la police, on s'est moqué d'eux. Mais quand plus de rapports arrivèrent de Centurion, la police Sud-Africaine y a répondu en force, envoyant leur Flying Squad (le SWAT Team), une unité canine et des unités mobiles partout de Pretoria.

La police a observé l'OVNI planant pendant 90 minutes. Un officier, Nico Stander, aurait filmé l'objet en vidéo. En attendant, la police avait envoyé un hélicoptère pour l'étudier. Le chopper était piloté par le Colonel Fred Vijoen et quatre officiers étaient à bord. Le Colonel Vijoen a été ensuite interviewé par SABC-TV:

"...une lumière brillante au-dessus de Mamelodi, une banlieue noire près de Pretoria, environ 70 degrés au-dessus de l'horizon. C'est la première fois dans ma vie que je voyais une chose pareille. J'ai d'abord pensé que c'était une plaisanterie quand j'ai été appelé, mais j'en suis bientôt venu à me rendre compte que c'était quelque chose que je n'avais jamais connu avant. Nous le suivion toujours à vitesse maximale, et il volait devant nous. Ce qui était très peu ordinaire, c'était les mouvements ondulant de cet engin. J'ai suivi le disque blanc faisant ses manoeuvres peu communes dans la direction de Cullinan. Il a voyageait à une grande vitesse. Nous ne pouvions pas le suivre, et par la suite avons dû rentrer quand le manque de carburant est devenu un problème."

Interview du Colonel Vijoien par "Rapport", le plus grand hebdomadaire Sud Africain.
Merci à Mike Lindemann et CNI News du 1er septembre
1996.

Sfax, Tunisie, 2 novembre 1997

A 22:10 un phénomène étrange est apparu dans le ciel au-dessus de Sfax, une ville portuaire sur la côte centrale du sud de la Tunisie, à 320 kilomètres de sud de Tunis. L'OVNI a été décrit comme "orange clair" et "était une sorte de grande masse lumineuse avec un centre dense, mais très clair vers l'extérieur." L'objet "rougeoyait comme le feu ou même comme un effet de plasma. Ce n'était pas un reflet ou une fusée éclairante."

Des foules de spectateurs dans Sfax ont observé l'OVNI pendant environ quatre minutes. "Une odeur étrange a imprégné l'air, un mélange de l'odeur de l'acide sulfurique et celle de poissons morts."

Un des témoin a estimé la taille de l'OVNI comme étant de "huit centimètres (quatre pouces) à la distance du bras tendu, et il était peut-être à six kilomètres de distance." La brillance orange a alors commencé à trembloter" comme une lumière dans une autre pièce, quand la porte commence à se fermer." L'OVNI a passé comme L'OVNI fila en un éclair loin au sud-ouest, se dirigeant vers le désert de sel de Chott Fejaj.

Graaff - Reinette, Afrique du Sud, décembre 1998

Un journal local a rendu compte Dimanche 7 février 1999, de ce qu'un OVNI avait survolé la ville de Graaff - Reinette en décembre 1998.

Pendant la semaine passée, le Centre d'Evaluation des rapports OVNIS pour l'Afrique du Sud (ECOVNIR) a accompli des recherches préliminaires sur l'observation de Graaf-Reinet lors de laquelle une vidéo fut tournée.

Le 27 décembre 1998, à environ 15:00, "la famille Laubscher observa entre huit à dix objets se déplaçant rapidement en direction du Nord au-dessus de Graaf-Reinet, une petite ville située dans le Karroo à environ 200 kilomètres au Nord-Nord-Ouest de Port Elizabeth."

Selon les descriptions des témoins et soutenu dans une certaine mesure par la vidéo tournée, les objets sont apparus légèrement triangulaires et arrondis et ont semblé se déplacer en groupe. De temps en temps un ou deux s'arrêtaient et les autres l'entouraient, et alors ils repartaient de nouveau en avant. Leur mouvement s'est répété plusieurs fois. Tout en se déplaçant, les objets étaient brillants, de couleur doré mais quand ils étaient stationnaire ils passaient du blanc au rouge et puis au bleu. La taille de ces objets a été estimée être approximativement quatre à cinq fois celle d'un Boeing 747 à la même altitude.

Le groupe avait été en vue pendant quelques secondes où des autres, un objet beaucoup plus grand voyageant à très grande vitesse dans la même direction Nord à travers le groupe. Cet objet plus grand de couleurs dorée était fondamentalement sphérique, voyageait à vitesse constante et n'a pas changé de couleur. Le groupe de plus petits objets a alors suivi la sphère plus grande pendant qu'ils disparaissaient derrière un haut nuage près de l'horizon. Selon la vidéo, ces nuages ont semblé être à une altitude de 25.000 à 30.000 pieds.

Bloemfontein, Afrique du Sud, 5 février 1999

Le Vendredi 5 février 5, 1999, huit personnes à Bloemfontein, une grande ville dans la région d'Oranje Vrystaat de l'Afrique du Sud, ont observé plusieurs OVNIS métalliques en vol pendant huit minutes. Les témoins ont décrit les OVNIS comme "des objets triangulaires et de couleur grisâtre avec des lumières brillantes colorées aux coins." Un témoin a censément capturé le survol sur bande vidéo. On y voit un groupe de petit OVNIS immobiles, puis zigzaguant en tout sens.

Un journal local a rapporté "un fermier qui est tombé sur un OVNI qui avait débarqué sur une route de gravier près de sa ferme" dans une zone rurale près de Bloemfontein. "Le moteur de son camion a calé, et il "est resté paralysé" quand il tenta de sortir du camion. Un ouvrier agricole qui également se tenait contre une barrière lui aussi ne put pas se déplacer. Après que l'OVNI soit parti, tout est revenu à la normale. Le fermier s'est rendu au commissariat de police le plus proche, et la police a étudié le site."

Le Centre d'Evaluation des rapports OVNIS de l'Afrique du Sud (ECOVNIR) a publié un rapport au cours du week-end, pour préciser "à l'attention de tous les lecteurs et éditeurs, y compris l'Internet, que les détails concernant un OVNI allégué observé le 5 février 1999 sont incorrects." ECOVNIR a déclaré qu'un OVNI a été aperçu dans la région de Bloemfontein, et qu'ils étudient actuellement le cas de manière détaillé.

"ECOVNIR étudie actuellement apercevoir, y compris la vidéo prise lors de cette occasion, et publiera un rapport public une fois que tous les témoignages appropriés des témoins auront été documentés et vérifiés... et tout le matériel visuel authentifié. Un deuxième rapport public sera publié une fois que l'analyse du matériel visuel sera terminée."

Malawi, 10 mars 1999

Un OVNI rectangulaire a causé beaucoup d'excitation parmi des ouvriers du bâtiment dans un village au Malawi, une petite nation en Afrique méridionale. Les ouvriers qui construisaient une nouvelle école primaire au village de Siledi dans la zone de Mwanza, dans le secteur Sud-Ouest du Malawi, ont eu le choc de leurs vie récemment quand un objet ressemblant à un cercueil, une grande boîte rectangulaire, a volé au-dessus de leurs maisons juste après 21:00.

Un commis de magasin du projet Makaika a dit à MANA, l'agence de nouvelles du Malawi, qu'exactement à 21:00 ils ont entendu un vent puissant souffler au-dessus de leurs maisons: "nous avons pensé que c'était un orage, mais quand nous sommes sortis, nous avons vu un cercueil noir voler au dessus du toit."

Article de journal dans le Daily Times of Blantyre, Malawi, 10 Mars 1999.

Temara, Maroc, 8 août 1999

Un homme et ses deux enfants, Felicia, l'âge 4, et Charles, l'âge 8, marchaient le long de la plage sablonneuse à Temara, au Sud de Flap au Maroc. Juste après 21:00, Felicia a montré la mer et a hurlé, "là!"

"Un grand objet en forme de V et avec des lumières brillantes est passé directement au-dessus de nous," rapporte le témoin adulte. "Nous l'avons observé, Felicia, Charles et moi-même, pendant environ quatre à cinq secondes. Il a piloté jusqu'à la plage dans cette durée. Il était au-dessus de nos têtes à une taille très difficile à évaluer, de peut-être 500 mètres à 5.000 mètres. Ou plus! Il avait environ 100 à 500 mètres, selon moi, mais ceci semble très difficile à évaluer (distance imprécise). Il a disparu de notre champ visuel très rapidement."

Merci à Thierry Garnier de France-OVNI pour cette nouvelle.

Zinkwazi, Natal, Afrique du Sud, 21 septembre 1999

Gary S. et sa famille étaient à leur maison à Zinkwazi, un petit port dans le Nord du Natal nordique, à 275 kilomètres au Nord de Durban. A 03:30 du matin, ils ont vu un objet lumineux s'approcher du nord-est.

"Nous avons vu une lumière étrange qui a ressemblé un avion au début, mais c'était beaucoup trop rapide pour être un. Elle a également tourné de manière trop brusque. Elle ne clignotait pas. Elle brillait avec une lumière très blanche, un objet rond d'aspect blanc très lumineux."

Gary a estimé la vitesse de l'OVNI à "environ 600 kilomètres par heure" et sa hauteur à 10.000 mètres.

George, Afrique du Sud, 22 avril 2000

A 19:45, Alan J. et son épouse se tenaient au dehors de leur maison à George, dans la province méridionale du Cap approximativement 400 kilomètres à l'est de Capetown, Afrique du Sud quand ils ont repéré un objet lumineux s'approchant de l'ouest.

"J'ai pensé que je voyais un satellite, mais il était très lumineux, beaucoup plus lumineuse que toute étoile ou satellite de nuit. Elle a faiblit pendant que mon épouse et moi l'observions, et elle a voyagé à la vitesse à peu près identique à celle d'un satellite, se déplaçant de l'Ouest vers l'Est... Nous l'avons étudiée pendant environ 15 secondes en tout. Elle était plus lumineuse que n'importe quelle étoile de nuit et voyageait en ligne droite."

Maroc, 13 avril 2001

Plusieurs archéologues marocains et italiens ont découvert trois squelettes intacts d'enfants datant du troisième millénaire avant JC, selon OVNI Maroc, les squelettes étaient exceptionnellement grands, d'environ 1m90 de longueur.

Dans un communique à l'Institut Marocain de la Science, l'équipe a rapporté que les squelettes ont été trouvés dans des substrats d'une grotte appelé Iffri Namar. Les restes semblent être d'une culture inconnue datant d'environ 3.400 av JC. Huit échantillons d'os desséchés ont été retirés des restes et envoyés à Rome pour analyse d'ADN.

Journal El Ansa, 13 avril 2001. Merci à OVNI Maroc et Alfredo Lissoni du Centro Ufologico Nazionale d'Italia pour cette nouvelle.

Les Ovnis dans le Monde - Retour

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site