1965 Les photos de Rex Heflin de l'Ovni de Santa Ana (Californie)

L'aventure de Rex Heflin, cet inspecteur d'autoroute de Santa Ana (Californie) qui avait photographié un ovni près d'un camp de Marines, a marqué les esprits. Heflin avait réussi à prendre plusieurs polaroïds depuis sa camionnette, ce 3 août 1965. Le Norad à bien tenté de faire disparaitre les clichés mais heureusement des copies avaient été réalisées préventivement.

C'est un cas fortement intéressant. Les photos originales ont été perdues ou confisquées et toutes les analyses suivantes ont dû utiliser des copies. Heflin a continué à affirmer leur véracité. En outre, ces photos ont été prises au milieu d'une des plus grandes vagues d'OVNIS dans l'histoire des USA. Elles constituent un cas fortement crédible et étudié sérieusement qui répond à tous les critères pour parler de preuves significatives d'un vrai engin non identifié structuré, nous indique Richard Hall, enquêteur du NICAP dans "Preuves concernant les OVNIS volume II".

Le mardi 3 août 1965, Rex E. Heflin, 38 ans, cantonnier employé aux ponts et chaussées pour le comté de Orange, roule au volant de son camion Ford le long de l'autoroute de Santa Ana (Log Angeles) pour faire son inspection des bas-cotés de la Myford Road (à Tustin près de Dyer Road) : il doit vérifier si la végétation n'a pas trop envahis les abords de la route. Tout à coup il remarque un objet étrange et prend des photos de celui-ci à plusieurs reprises. Vous pouvez d'ailleur voir dans cet article les quatre photos prises par Heflin.

Première photographie de Rex Heflin, à travers le pare-brise du camion

Deuxième photo de Rex heflin

 

Le récit de l'observation

Rex Heflin est un enquêteur de la sécurité routière pour la Commission des Routes du comté de Los Angeles... il disposait d'un appareil photo Polaroïd [... ] [Au dessus de la route de] Myford près de Santa Ana... il a repéré un objet peu commun approchant la route. Il a arrêté le camion, a saisi l'appareil photo sur le siège près de lui et a pris aussi rapidement que possible trois images... Pendant que l'objet s'éloignait, Heflin... a sauté hors du camion et a pris sa quatrième et dernière photo... Heflin a essayé d'entrer en contact avec son bureau par radio tandis que l'OVNI était près [de son véhicule], [mais] la radio a refusé de fonctionner." La radio a de nouveau fonctionné correctement après le départ de l'objet. Heflin avait un appareil photo Polaroïd parce qu'il l'avait normalement comme travail de photographier des obstructions de route ou d'autres problèmes.

Heflin a censément été approché par un homme qui a prétendu être du NORAD, à qui il a confié les Polaroïds originaux. Le NORAD et l'Armée de l'Air ont nié avoir les photos. Les investigateurs du NICAP, y compris des conseillers scientifiques, ont considéré que les photos étaient authentiques. Ils ont affirmé que la photo 1 montre un remous de l'air au-dessous de l'objet, s'élevant à environ un pied au dessus du sol.

La soirée précédente, des photos avaient été prises à Tulsa dans l'Oklahoma, à Sherman dans le Texas, et aussi cinq jours plus tard à Beavers Falls, PA ou deux clichés ont été pris. Aucun de ces objets photographiés, cependant, n'ont quelque ressemblance entre eux.

Parasitage

A 12 h 37 (vers 11 h 30 d'après le témoignage original), il s'arrête sur le coté de la route pour passer un message radio au quartier général du service voirie. Au bout de quelques secondes, la radio est parasitée, puis coupée complètement. 2 de ses collègues qui se trouvent dans une autre voiture de service, ont intercepté l'échange radio entre Rex Heflin et le Q.G.. Ils confirment tous 2 avoir entendu le parasitage et la coupure de la communication.

Apparition et pose

Après quelques mn où il essaye de refaire fonctionner sa radio, Heflin aperçoit de l'autre coté de la route (sur sa gauche) un objet curieux planant silencieusement dans le ciel. L'objet s'immobilise un moment près de la route. Heflin prends alors l'appareil photo qu'il utilise pour son travail (un Polaroid modèle 101, longueur focale de 114 mm, ouverture variable, photomètre intégré, paramètres automatiques ; Film noir & blanc type 107, ASA 3000) et fait une première photo (on constate comme un "tourbillon de sable" sous l'objet sur cette photo).

Troisième photographie, à travers la fenêtre fermée de la porte de droite

 

Fin de la pose

L'objet traverse la route et passe devant la Ford ; Il se trouve maintenant au dessus d'un champs se situant sur la droite du véhicule. Heflin remarque en prenant le 2ème cliché que l'objet est muni sous sa face inférieure, d'une sorte de gyrophare.

Disparition en fumée

Rex Heflin prends une 3ème photographie. Il continue à observer l'engin extraordinaire qui part maintenant en direction du Nord vers Saddleback Montain. Il commence à accélérer puis, subitement, se volatilise en laissant dans le ciel un étrange anneau de fumée noire. L'observation à duré 2 mn.

Étant donné la distance où l'objet à disparu, Rex Heflin démarre son véhicule et se dirige en direction de l'anneau de fumée : il arrive à prendre un 4ème cliché avant que celui-ci ne disparaisse complètement.

Le 20 septembre, les photos sont publiées dans le journal The Register de Santa Ana, puis c'est le New York Times qui relate l'affaire

 Résumé des enquêtes

Les photos ont été examinées par les spécialistes photographiques de l'UPI (United Press International), qui ont également pris des photos témoin au même endroit avec le même équipement. Ils ont conclut que ces photos ne sont pas truquées.

Polaroïd Modèle 101, focale 114 mm, ouverture variable, photomètre intégré, réglage automatique; Film Type 107 noir et blanc, 3000 ASA.

Zoom sur l'ovni

NICAP:

Les photos sont d'abord analysées par le sous-comité NICAP de Los Angeles, dirigé par Idabel Epperson, qui mène une enquête en 1966 :

    * sur le site (mesures prises par l'ingénieur John Gray)
    * sur la photo, par Ralph Rankow, l'expert photo du groupe, qui fait une copie des tirages
    * sur Helfin lui-même

Le journal comme Heflin se prêtent à l'enquête de bonne grâce, et le NICAP se prononce pour l'authenticité des clichés.

Le sous-comité de Los Angeles du NICAP, dirigé par Idabel Epperson, a conduit une recherche complète sur le cas, y compris un contrôle détaillé sur la personnalité de Helfin et ses antécédents, une recherche et des mesures sur le terrain (par l'ingénieur John Gray), et l'analyse des photos. Heflin et le journal local ont coopéré entièrement avec ces recherches.

Richard Hall:

"Des traitements par ordinateur et toutes sortes d'autres analyses ont été conduites par Robert Nathan au Jet Propulsion Laboratory, à partir des copies de première génération et des copies des négatifs faits par le journal. Entre autres, l'analyse a établi les preuves pour confirmer "le faisceau lumineux" (rapporté) sur le dessous de l'objet. L'Armée de l'Air a publié un rapport déclarant les photographies sont un canular, ce qui a été fortement contesté par le NICAP."

Francis Ridge:

"Heflin a indiqué qu'il avait retourné trois des quatre originaux à un homme (ou à deux hommes, les histoires diffèrent) qui a prétendu représenter le commandement nord-américain de la défense aérienne (NORAD). Le NORAD a nié qu'ils aient jamais envoyé un investigateur ou qu'ils aient jamais eu le moindre intérêt pour les photos."

Bill Spaulding:

Une partie inconnue a essayé de trifouiller les preuves et de manipuler l'information. Les négatifs ont été obtenus à partir de Heflin par la tromperie, par quelqu'un prétendant être du NORAD. Des années après, Bill Spaulding du Ground Saucer Watch, en employant des techniques informatiques a rapporté trouver une ligne au-dessus de l'objet, suggérant un fil pour porter l'objet, impliquant que l'OVNI n'a été réalisé frauduleusement en employant un petit modèle. Cela était destiné à discrédité le cas.

Jeffrey Sainio:

En 1993, l'analyste photo Jeffrey Sainio de MUFON a réexaminé le travail de Spaulding et a rejeté l'hypothèse du fil: la "ligne" alléguée était clairement un objet façonné créé par la recopie multigénérationnelle des photographies ou une inscription délibérément présentée pour critiquer Heflin. Aucune une telle ligne n'a pu être retrouvée sur les originaux par Nathan, le journal, ou les analystes du NICAP.

JPL

Un analyse photographique par ordinateur menée par Robert Nathan au JPL sur des épreuves de première génération et des négatifs de copie faite par le journal confirme la présence d'un "rayon de lumière" sous l'objet. Nathan exclut notamment la possibilité d'une maquette soutenue par un fil.

 Un faux possible selon le GSW

Des années plus tard, William Spaulding du GSW utilise l'analyse par ordinateur et annonce avoir trouvé une marque en forme de ligne au-dessus de l'objet, suggérant un fil sustanteur, et impliquant donc que l'ovni aurait été un canular à l'aide d'un modèle réduit. Cependant la supposée "ligne" n'a pas été trouvée dans les originaux de Nathan ni par le journal ou les analyses du NICAP. Sa disparition pourrait être due à la multiplication des copies, ou son apparition à une volonté de discréditer le témoignage de Heflin.

 D'étranges visiteurs

Par bonheur, Rex Heflin avait fait copier ses photos avant que deux hommes ne passent les prendre chez lui; l'un d'eux disait appartenir à l'entreprise Boeing, l'autre être un représentant du NORAD (North Americain Air Defense Command). Ce dernier enjoignit à Heflin de ne plus parler désormais de cette affaire, car il 'mettait en danger la sécurité nationale'. Ne voyant pas venir ses photos en retour, au bout d'un certain temps, Heflin contacte le NORAD: on lui répond qu'aucun membre de cette agence ne l'a visité, et les polaroïds originaux ne seront jamais retrouvés.          

Deux ans plus tard, des inconnus frappent à sa porte, au crépuscule. Ils portent des uniformes de l'Air Force. Fort de sa première expérience, Heflin leur demande leurs papiers, et note soigneusement leur identité. Ces hommes lui parlent des photos, et lui demandent s'il sait quelque chose du Triangle des Bermudes! Pendant la conversation, Heflin remarque la présence d'une voiture garée dans la rue, avec une inscription sur la porte avant qu'il ne parvient pas à lire. Il aperçoit une silhouette sur le siège arrière, et une lumière violette éclaire faiblement l'intérieur, lumière qu'il pense émaner de cadrans d'instruments. "On est en train de m'enregistrer", se dit-il. Son poste de radio FM, qui est allumé au salon, fait entendre des "pops" bruyants et distincts pendant tout l'entretien.

Plus tard, un certain nombre d'enquêteurs, parmi lesquels le regretté James E. McDonald, mettront tout en oeuvre pour identifier ces visiteurs. Leurs efforts, malgré les précautions prises par Heflin, resteront vains. Personne ne saura jamais qui a parlé à Rex Heflin, ce soir du mercredi 11 octobre 1967.

 MUFON

En 1993, Heflin reçoit un appel téléphonique d'une femme qui lui demande s'il y a longtemps qu'il a vérifié sa boîte-aux-lettre et qui raccroche. Heflin va inspecter sa boîte-aux-lettres et la trouve vide. Une demi-heure plus tard la femme rappelle pour poser la même question. Heflin va regarder à nouveau, et y trouve une enveloppe sans marques, contenant ses 3 photos. Heflin, souffrant alors des conséquences de son travail, décide de les vendre (750 $) pour payer ses frais médicaux.

Cette année-là Jeffrey Sainio, photoanalyste du MUFON, re-examine le travail de Spaulding et rejette l'hypothèse d'un fil.

Richard Hall concluera quant à lui à un cas hautement crédible, profondément enquêté possédant tous les critères de preuve d'un OVNI réel, structuré, semblable à un appareil The UFO Evidence, Volume 2.

Les photos seront également analysées par divers enquêteurs tels que Bruce Maccabbee (fin des années 1970s), Robert M. Wood et Ann Druffel, qui possède les photos.

Rencontre Observation Ovni Extraterrestre - Retour

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site