1987 le Cas Gulf Breeze et les Photos de Ed Walters

Le 11 Novembre 1987 à 17 h, à Gulf Breeze (Pensacola, Floride), Ed Walters, entrepreneur en bâtiment et promoteur immobilier, se trouve seul avec son fils dans la maison familiale. Ils ne sont pas dans le même pièce. Depuis la fenêtre de son bureau, Waters voit un ovni se déplacer derrière les pins de l'autre côté de la rue. Waters s'empare d'un Polaroïd et prend plusieurs instantanés. Se précipitant dans la rue pour en prendre d'autres, il est "frappé" par un rayon de lumière bleue et immobilisé. Il y a une forte odeur de cannelle et ses pieds commençent à quitter le sol. Il entend une voix dans sa tête lui dire : Nous ne vous ferons aucun mal. Lorsque Waters persiste à résister, son esprit est rempli d'images de chiens. La lumière n'est plus là et il retombe sur le sol. L'ovni, qui mesurait environ 3,50 m de diamètre et 2,70 m de hauteur, muni en-dessous d'un anneau de propulsion vivement éclairé, a disparu.

                                                                                          Ed Walters

Le 2 Décembre Waters rencontre un être dans son arrière-cour et le fait déguerpir.Le 12 Janvier 1988 Waters est dans sa camionnette à plateau et recontre par hasard un ovni en vol stationnaire au-dessus de la route. Il le photographie. Cette fois, un rayon de lumière blanche paralyse Walters alors qu'il se cache sous sa camionnette. Des êtres sortent de l'ovni et se dirigent vers le véhicule, mais Walters réussit à remonter dedans et à prendre la fuite.

Le 7 Février un ovni rend à nouveau visite à la demeure des Walters et Frances Walters, l'épouse de Ed, manque de peu d'être "frappée" par un rayon bleu — un événement qu'Ed Walters s'arrangea pour fixer sur pellicule.

Le 1er Mai à 1 h 10, Walters prend sa 39eme photo d'ovni lorsqu'il est entouré d'une lumière blanche et s'évanouit. A 2 h 25, Walters revient à lui. Il se demande s'il a pas été enlevé durant ce temps et si l'implant qui l'avertissait qu'un ovni s'approchait ne lui a pas été retiré.

 

Ces photos sont absolument authentiques, si l'on en croit le docteur Bruce Maccabee. Il a déclaré à plusieurs reprises qu'elles n'avaient pu être truquées. Cela ne signifie pas pour autant que les objets photographiés soient ce que Ed Walters affirme.

 

Les six de Gulf Breeze (1990)

Une autre affaire fut en relation avec Gulf Breeze. Le 9 juillet 1990, 3 semaines avant l'invasion du Koweït par Saddam Hussein, que 6 spécialistes des renseignements de l'armée américaine abandonnèrent leur poste à Augsbourg (Allemagne), et sont portés manquants. Cette désertion massive ne passe pas inaperçue à la 701 Brigade de renseignement militaire où leur mission était d'analyser les communications avec l'étranger. Et pourtant les 6 soldats ne sont pas repris avant le samedi 14 juillet, quand un policier de Gulf Breeze arrête une fourgonnette qui roule avec un feu arrière cassé. Que faisaient-ils donc dans cette petite ville de Floride, devenue la Mecque des soucoupes volantes aux Etats-Unis ? Le soldat qui était au volant n'avait pas de permis de conduire. Il supplia l'agent de ne pas rechercher son identité dans le fichier informatisé. Si vous le faites, vous signez mon arrêt de mort ! affirma-t-il avec insistance.

Bien évidemment, l'agent fit ce qu'il avait à faire ; il vérifia l'identité du conducteur et l'arrêta pour avoir quitté son unité sans permission. Il avertit également l'armée. Mais une surprise l'attendait au poste de police : le cas avait été aussitôt transmis à la haute autorité et la police de Gulf Breeze reçut l'ordre de placer le jeune homme sous bonne garde, mais surtout de ne pas l'interroger.

Dans les jours qui suivirent, 4 des 5 soldats sont arrêtés chez Anna Foster, une médium qui travaille dans une librairie New Age. Elle avait assisté à la récente convention du MUFON qui s'était tenue à Pensacola et dont les séances avaient été presque entièrement consacrées au cas de Gulf Breeze. Selon Jim Moseley, cette femme semble être à l'origine de l'intérêt porté par ces militaires aux textes répandus par Bill Cooper et se référant à un complot cosmique. Son dernier rapport décrit un camouflage mis en oeuvre par le gouvernement à propos de visites d'extraterrestres sur la terre. Il y aborde essentiellement les mêmes thèmes extraordinaires que Cooper a énumérés à ce sujet.

Le 6ème soldat, une femme du Connecticut dénommée Annette F. Eccleston, est retrouvée sur une plage des environs où elle campait.

Il y avait autre chose, comme allaient bientôt le rapporter quelques journaux (se référer par exemple au San Jose Mercury du 19 juillet 1990, au Seattle Times du même jour, ou au Oakland Tribune du 12 août qui citait le Los Angeles Times. Vers la mi-août cependant, on notera que la presse cessa complètement de couvrir ces événements pourtant passionnants, sans aucune explication).

Les 6 soldats sont rapidement transférés à Fort Benning (Géorgie), où ils sont interrogés par les services de renseignements de l'armée, la CIA et la NSA. Il semble qu'ils avaient quitté leur poste dans la certitude que la fin du monde prédite par la Bible était imminente et que l'enlèvement massif des croyants prophétisé par les extrémistes fondamentalistes chrétiens approchaient à grands pas. Ils affirmaient avoir été choisis pour accueillir les astronefs extraterrestres marquant le retour du Christ. Une note à ce sujet aurait été trouvée dans leur chambrée en Allemagne, accompagnée de références à l'Apocalypse et mentionnant un culte appelé La fin du Monde. Il semble que le chef du groupe ait été un originaire de Middlesboro, au Kentucky. Stan Johnson, un de ses amis, un photographe vivant à Bylee, au Texas, rapporta à des journalites que, quelques années auparavant, Beason lui avait demandé de prendre des photos de modèles réduits de soucoupes volantes. Le 7 juillet 1990, Johnson se rendit à l'aéroport de Knoxville pour y accueillir Beason et un autre soldat, Michael J. Hueckstaedt, âgé de 19 ans et habitant Farson, dans le Wyoming. Il les aida à acheter la fourgonnette Volkswagen dans laquelle ils furent arrêtés. Ils l'utilisèrent d'abord pour se rendre à Chattanooga, où ils avaient rendez-vous avec le reste du groupe, puis à Gulf Breeze. Un des buts du voyage à Gulf Breeze était de trouver l'Antéchrist et de le tuer.

Etaient-ils à la recherche d'Ed Walters ?

Leur intention aurait été de se rendre de Gulf Breeze au Nouveau-Mexique, bien que cette version puisse être incorrecte. D'autres version donnent à penser que leur mission était plus ambitieuse.

Beason avait dit à Johnson que la guerre était près d'éclater au Moyen-Orient et qu'un grand remaniement militaire allait bientôt avoir lieu. Il le savait par des messages psychiques reçus par Vance Davis, âgé de 25 ans, résidant à Wichita, au Kansas, un des hommes arrêtés en même temps que lui. Les 2 autres déserteurs du groupe étaient William N. Setterberg, âgé de 20 ans et résidant à Pittsburg, en Pennsylvanie, et Kris P. Perlock, âgé de 20 ans et résidant à Hudson, dans le Wisconsin.

Les 6 déserteurs furent rapidement transférés de Fort Benning à Fort Knox, et une étonnante série d'événements eut lieu. Une rapide enquête de contre-espionnage les innocenta et l'armée les rendit tout simplement à la vie civile ! Leur amie Anna Foster refuse désormais de parler à quiconque. On aurait pu s'attendre à de gros titres dans les journaux, en particulier dans les magazines à sensation, mais ils se sont mystérieusement désintéressés de l'affaire.

L'ufologue curieux, à ce point de l'histoire, est tout de même en droit de se poser quelques questions inquiétantes. Par exemple, comment ces soldats ont-ils su, près d'un mois à l'avance, que la guerre était sur le point d'éclater au Moyen-Orient ? Pour quelle raison l'armée se montra-t-elle si indulgente en se contentant de rendre à la vie civile six spécialites des renseignements qui avaient abandonné leur poste pendant une semaine entière ? Comment ces soldats parvinrent-ils à échapper au FBI et à l'armée pendant si longtemps ? Comment réussirent-ils à rentrer aux Etats-Unis sans se faire arrêter par les agents de l'immigration et des douanes sur les écrans d'ordinateurs dans tous les postes-frontières ?

Toute l'histoire respire la collusion et la manipulation à un niveau élevé. Cette manipulation a dû être montée par quelqu'un qui était remarquablement au courant du théâtre ovni, quelqu'un qui a su exploiter l'attente d'un événement important à Gulf Breeze.

On ne trouve que de timides réponses à certaines de ces questions. Il s'avère par exemple qu'il existe des moyens de pénétrer aux Etats-Unis sans montrer son passeport lorsque l'on est un soldat américain stationné en Europe. Cela n'explique pas pourquoi les déserteurs furent relachés si facilement après leur arrestation.

Encore une fois, Jim Moseley semble avoir touché la vérité du doigt quand il rendit public le fait que les médias de Floride avaient reçu le 25 juillet sur leurs téléscripteurs l'étrange dépèche suivante :

US ARMY
LIBEREZ LES SIX DE GULF BREEZE
NOUS AVONS LES DOSSIERS QUI MANQUENT, LA
BOITE DE 500 + PHOTOS ET
LES PLANS QUE VOUS VOULEZ RECUPERER.

Le message, qui se poursuivait par une menace de divulguer des photographies d'ovnis non spécifiées, se terminait ainsi :

REPONSE CODE AUGSBB3CM.

Les six soldats furent libérés 3 jours plus tard. L'existence de ce message soulève une question intéressante. Se pourrait-il que les déserteurs, non seulement aient eu des autorisations personnelles à un niveau élevé, mais qu'ils aient eu les authorisations "Crypto", ce qui leur aurait donné accès au chiffre et à des documents codés de la plus haute importance ? Le code alphanumérique était-il une allusion à un véritable chiffre, prouvant l'identité ou le niveau d'acès de l'expéditeur ?

Après leur mise en liberté, trois des soldats retournèrent tout droit à Gulf Breeze. Au cours d'une interview donné dans une atmosphère détendue, ils déclarèrent à un journaliste de la télévision qu'ils ne s'étaient jamais vraiment intéressé au retour du Christ et à l'Armageddon. Tout cela était un énorme malentendu. Ils avaient tout simplement décidé de venir voir un ami !

Bien sûr, vous pouvez très bien croire que six spécialistes du renseignement militaire ont déserté dans le seul but d'aller rendre visite à un ami de l'autre côté de l'Atlantique. Peut-être avaient-il la nostalgie de la mère patrie ? On ne peut cependant éluder toutes les questions épineuses que cette affaire soulève. Pourquoi tout le monde ment-il ? Et pourquoi l'armée ne révèle-t-elle pas ce qui figurait sur la précieuse disquette que les soldats transportaient quand ils furent arrêtés à Gulf Breeze ?

 

Rencontre Observation Ovni Extraterrestre - Retour

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site